Auteure : Marissa Meyer

Genre littéraire : Science-fiction / Dystopie

Maison d’édition : Pocket Jeunesse

Date de sortie : 8 novembre 2018 (en format de poche)

Prix : 7,90 € en format de poche

Pages : 416

Résumé : MÊME DANS LE FUTUR,

LES HISTOIRES COMMENCENT PAR

“IL ÉTAIT UNE FOIS…”

À New Beijing, Cinder est une cyborg. Autant dire un paria. Elle partage sa vie entre l’atelier où elle répare les robots et sa famille adoptive. À seize ans, la jeune fille a pour seul horizon les tâches les plus ou moins dégradantes qu’elle doit accomplir pour ses sœurs et sa marâtre. 

Mais le jour où le prince Kai lui apporte son robot de compagnie – son seul ami -, le destin de Cinder prend un tour inattendu. La forte attirance qu’éprouvent le beau prince et la jeune cyborg n’a aucune chance de s’épanouir, surtout que le royaume est menacé par la terrible reine de la Lune !

Débute alors pour Cinder une aventure incroyable, où elle découvrira que le sort de l’humanité est peut-être entre ses mains.

Critique : première découverte de cette auteure à succès et c’est un gros coup de cœur ainsi qu’une révélation dans l’univers du space opera qui m’était inconnu.

Cinder est une cyborg : moitié humaine, moitié robot/machine. Elle vit avec sa belle-mère et ses 2 sœurs qui la tyrannisent depuis plusieurs années. Lors d’une journée de travail de mécanicienne, elle fait la rencontre du prince Kai. Mais une épidémie mortelle sévit à Néo-Beijing qui va la toucher au plus près d’elle.

J’ai adoré l’ensemble du livre qui est très complet en matière de détails et d’informations. Il y a une quantité de thèmes abordés particulièrement diversifiés et équilibrés entre eux. Grâce à cela, j’ai fait de nombreuses découvertes ainsi que des gains de connaissance en matière électronique et en technologie.

Le premier thème évoque de manière abstraite, c’est la réinvention et la réinterprétation d’un conte classique pour enfants : Cendrillon. La présence de la belle-mère insupportable et des 2 sœurs invivables sont très importantes. Cinder est la contraction du prénom original de ce conte, ce qui montre toute la symbolique voulue par l’auteure.

Le second thème est la technologie et elle est primordiale dans cette série pour ne pas dire omniprésente. Les droïdes, cyborgs et androïdes sont présents sans être explicitement décrits par l’auteure, et sont présents dans toutes les activités du roman. Marissa Meyer nous laisse découvrir et imaginer ces derniers dans un monde très avancé et totalement aux antipodes du nôtre.

Le lieu du roman est très intéressant. Mettre en avant la ville de Pékin (Beijing en chinois) en la transformant est vraiment intrigant et nous fait voyager dans une société très différente.

Ce qui m’a particulièrement plu c’est le réalisme dont a fait preuve l’auteure. L’évolution de la technologie, l’intelligence artificielle, la présence de machines pour le quotidien se fait déjà sentir dans notre époque actuelle. Poussés ces éléments à leur extrême nous font réagir sur les éventuelles conséquences de notre époque. Même si le premier tome est sorti en 2013, la présence d’une épidémie inconnue et sans vaccin fait écho à la situation médicale actuelle en Chine.

Les personnages sont pleins d’honnêteté et de franchise. Il n’y a quasi aucun blanc dans les dialogues. Les quelques interruptions de la part de l’auteure reviennent très rapidement pour nous surprendre.

Les révélations s’enchainent sans discontinue jusqu’au dernier chapitre. L’auteure nous tient en haleine et dans un suspense à la limite de l’insoutenable. Jusqu’au dernière page, on va de surprises en révélations qui nous laissent pantois.

Qu’une seule envie : LA SUITE !!!!

Points positifs : thèmes abordés addictif et intéressant, personnages attachants, contre revisité et réinventé, écho à notre propre actualité mondiale.

Point négatif : aucun

Note : 10/10 Coup de cœur 2020 !

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com